Des bateaux ultra connectés

Grâce aux satellites de communication, les voiliers de course au large ont aujourd’hui accès à de nombreux services, où qu’ils se trouvent sur l’Océan.

Imoca sur le Vendée Globe, Maxi Trimaran sur le Trophée Jules Verne, Classe 40 sur la route du Rhum, VOR 65 sur la Volvo Ocean Race ou encore un Figaro sur L’AG2R, ils embarquent tout un attirail technologique et sont ainsi connectés en permanence avec la terre.

Ce lien leur permet d’accéder aux données météo et de déterminer la route optimale (ce qu’on appelle le routage), parfois même avec l’aide d’experts restés sur le plancher des vaches. Outre ce soutien technique, les satellites permettent grâce un débit de transmission important de transmettre des vidéos, de téléphoner et même de skyper.

meteofax1
Données météo reçues par satellite et utilisées pour le calcul des routages

La particularité de la Classe

Contrairement aux autres classes de course au large, les communications avec la terre ne sont pas autorisées en Mini. Aussi, avant chaque départ de course, nous laissons nos téléphones portables aux mains des organisateurs.

Le seul moyen d’émettre est la VHF, sa portée se limite généralement à l’horizon. Ainsi, les concurrents peuvent communiquer entre eux lorsqu’ils sont en portée visuelle, avec les sémaphores à proximité de la côte ou éventuellement avec des avions et hélicoptères de secours. 

La VHF permet de recevoir les bulletins météo côtiers, pour la situation au large nous disposons d’un récepteur BLU HF.

Ces informations météo sont annoncées oralement par des opérateurs à des horaires bien précis. Il faut donc être ponctuel et attentif afin de tout entendre.

bulletin-meteo-grand-large
Exemple de bulletin météo diffusé oralement sur BLU, zone par zone
zones-larges
Découpage des zones de prévisions météo

La Bande Latérale Unique… 

La BLU (Single Sideband Modulation en anglais) est un mode de modulation de fréquence permettant des portées très importantes, en theorie nous pouvons la recevoir durant toute la transatlantique.

Nous disposons à bord d’un récepteur HF qui ressemble à un poste radio, la qualité du son est souvent médiocre. Réussir à prendre un bulletin complet est très compliqué, l’idéal est de l’enregistrer avec un magnétophone afin de pouvoir le réécouter plusieurs fois.

C’est le seul moyen pour les Ministes d’établir une situation météo globale et d’adopter des stratégies en course.

produit_9398
Récepteur BLU présent à bord de Quasar

En conclusion, impossible de recevoir de l’aide de la terre, encore moins d’envoyer des photos et des videos ou tout simplement de donner des nouvelles !

Nous sommes donc complètement autonomes et rapidement, dès que les concurrents s’éparpillent, la solitude se fait réellement sentir…

C’est aussi ça l’esprit Mini !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s